Louise, Eugénie, Geneviève… ne sont que trois des personnages de ce formidable premier roman. Une plongée dans la France de la fin du XIXe siècle, à l’hôpital de la Salpêtrière, ou des femmes jugées comme folles sont internées. Folles, terme générique puisque les raisons de l’enfermement sont assez diverses. Une femme qui oserait seulement montrer une once d’indépendance pourrait bien se retrouver entre les mains du professeur Charcot.

Le style est précis, les émotions puissantes, j’aime les livres que l’on a du mal à reposer, dont on ne veut pas stopper la lecture. Surtout que la force du récit augmente à mesure que l’on arrive au bout et c’est le cœur palpitant que l’on découvre les derniers événements qui scelleront l’avenir de l’ensemble des personnages.

Une nouvelle fois il est difficile de donner un avis sans en dévoiler trop de l’histoire et ce serait bien dommage. Je vous laisse le soin de le lire, vous ne pouvez pas vous tromper, c’est un excellent roman, très fortement conseillé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *