Vers l’an mille, des Européens font leurs premiers pas dans des contrées lointaines et inconnues jusque-là. 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique, l’auteur nous livre des extraits de son journal de bord. 1531, les Incas envahissent l’Europe. Le thème est ainsi l’Histoire telle qu’elle n’a pas eu lieu. Souvent il ne manque pas grand-chose pour que les événements se déroulent de manière totalement différente. Et il est intéressant de découvrir ce qui aurait pu se passer. Surtout quand l’auteur a un grand talent de conteur, se basant sur des faits documentés pour rendre l’ensemble tellement crédible qu’on en vient à se demander comment ces événements ont pu ne pas avoir lieu.

Atahualpa débarque dans l’Europe de Charles Quint. Un monde ébranlé par l’Inquisition et la Réforme. Un terrain propice pour que l’Inca impose une troisième voie entre le catholicisme et le protestantisme. Les épreuves sont nombreuses, mais dans une Europe divisée où chacun veut plus que tout détruire la puissance de son voisin, le nouvel arrivant est providentiel. Il existe également d’autres ennemis, hors de l’Europe, qui déstabiliseront à nouveau le grand échiquier mondial.

C’est un magnifique roman, une plongée dans un monde qui n’a pas été et pourtant tellement proche du nôtre qu’il est impossible de ne pas vibrer en lisant ces événements. En les lisant comme un livre d’Histoire venu d’une sorte de dimension parallèle dans laquelle tout est différent et où la seule constante est la nature humaine faite de luttes pour le pouvoir et de désir de conquête à l’échelle mondiale ! Sans oublier le choc des cultures, mais dans ce domaine, Atahualpa est sans doute plus clément que les conquistadors…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *