Alors qu’elle n’est qu’une toute jeune fille, Esclarmonde devrait épouser l’homme qui a été désigné par son père, châtelain du domaine des Murmures. Mais le jour de son mariage, elle a la force de dire « non ». Plutôt que de se diriger vers une existence dont elle ne veut pas, elle préfère être enfermée dans une cellule, construite dans la chapelle du château, pour se consacrer à Dieu. Ce n’est que grâce à une fenestrelle pourvue de barreaux qu’elle peut encore communiquer avec le monde extérieur.

Pourtant, elle n’est pas entrée seule dans son antre où elle espérait prier du matin au soir, pour le salut des habitants du domaine des Murmures. Et cet être qu’elle a emporté avec elle sans le savoir va pourtant tout modifier. Elle observe ce qu’elle peut du monde qui continue à évoluer autour d’elle. Bien qu’enfermée, elle se confronte tout de même à des ennemis, mais trouve aussi des alliées pour sauver son précieux trésor, ce qu’elle a de plus cher.

Puis viennent les regrets. La décision de consacrer son existence à Dieu, isolée, lui pèse. Elle devient malgré elle une sorte de pythie catholique, presque une sainte, la protectrice du domaine des Murmures qui est épargné par l’ombre de la mort depuis que la jeune femme s’est laissé enfermer. On vient de loin pour lui apporter des présents, se confier à elle, demander ses conseils. Apparemment, autour d’elle les miracles se multiplient. Ainsi, sa volonté de rompre ses vœux et de sortir de sa cellule cause les plus grands tourments.

Ce conte est absolument magnifique, servi par un style incroyable. C’est une aventure d’un autre temps qu’il est indispensable de lire. Laissez-vous porter par ce destin stupéfiant, vibrez aux côtés de l’héroïne, le long du chemin vous vous poserez de nombreuses questions et vous n’oublierez jamais cette merveilleuse histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *